Équipe Diversité linguistique

L’AG2023 est fière de promouvoir l’inclusion de nos membres en rendant accessibles les principaux documents dans différentes langues. Les principales langues de travail de l’ICOMOS sont l’anglais et le français, mais notre équipe consacrée à la diversité linguistique travaille à diffuser l’AG2023 dans de nombreuses autres langues.

Ona Vileikis - Coprésident international du symposium scientifique GA2023

Ona Vileikis, PhD de la KU Leuven, architecte et spécialiste du patrimoine culturel. Je suis chercheuse à l’Institut d’archéologie, University College London (UCL). Je collabore également dans le monde entier avec des professionnels et des fonctionnaires locaux, l’UNESCO, l’ICCROM, l’ICESCO, le WMF, l’IICAS, l’ICOMOS et le secteur privé, dans les domaines du renforcement des capacités et du conseil concernant la Convention du patrimoine mondial, la documentation numérique du patrimoine, les pratiques de conservation et de suivi, et les évaluations d’impact sur le patrimoine. Depuis plus de dix ans, je suis conseillère pour la nomination des Routes de la Soie au patrimoine mondial de l’UNESCO. Je suis également co-rédactrice du Journal of Cultural Heritage Management and Sustainable Development. À l’ICOMOS, je suis membre expert du comité exécutif du CIPA Heritage Documentation, et responsable de la communication au sein du Groupe de Travail sur les Objectifs de Développement Durable (SDGWG). En tant que co-présidente internationale du symposium scientifique AG2023 et responsable de notre groupe de traduction, je promeus un événement diversifié et inclusif. Je suis ravie de travailler avec notre équipe et je souhaite la bienvenue à tous les participants et participantes à Sydney !

Laure Marique - Chef d'équipe, Traductions en français

Laure Marique est une architecte d’intérieur belge et professionnelle du patrimoine culturel. Ses recherches portent sur les questions de restauration/conservation du patrimoine bâti (notamment sur une méthodologie de restauration des panoramas), ainsi que sur les questions de gestion et de compréhension du patrimoine culturel – plus particulièrement du patrimoine dissonant, abordant les questions de conflits mémoriels, de relèvement post-crise et d’approches intégrées avec les communautés locales (avec l’Itinéraire culturel ATRIUM). Elle s’est également intéressée aux questions de gouvernance et à la diplomatie culturelle grâce à son stage à la Commission européenne, qui lui a permis d’assister à la mise en œuvre des politiques culturelles de l’UE par le biais du programme Europe créative. Elle a travaillé pendant trois ans dans un bureau d’architecture spécialisé dans la restauration de bâtiments historiques et collabore actuellement à des projets culturels européens. Membre d’ICOMOS Belgique depuis 2018, elle a depuis rejoint le groupe de travail d’ICOMOS sur les approches fondées sur les droits (OCD-RBA) et ensuite, celui de l’ICORP, le comité scientifique d’ICOMOS sur la préparation aux risques.

Verónica Heras - Traductions en espagnol

Verónica Heras est chercheuse dans le domaine du patrimoine culturel. Depuis 2007, elle est architecte pour l’Université de Cuenca. En 2009, elle obtient un master du Centre international de conservation Raymond Lemaire à la KULeuven. Plus tard, dans la même université, elle a effectué sa recherche doctorale où elle a développé un système de surveillance basé sur des stratégies de conservation préventive. Elle possède une vaste expérience en documentation théorique et patrimoniale; qui s’appuient sur des publications dans des revues scientifiques. Elle cherche actuellement à combiner la recherche scientifique avec la pratique et à la transmettre aux étudiants de son expérience d’enseignement à l’Université d’Azuay depuis 2017.

Ève Wertheimer - Traductions françaises

Architecte en conservation basée à Montréal, Ève Wertheimer travaille depuis 20 ans à la conservation des bâtiments et des paysages. Son expérience pratique repose sur un vaste éventail de projets partout au Canada, dans les secteurs public et privé et dans divers postes liés à l’élaboration et la mise en œuvre de politiques patrimoniales au niveau gouvernemental. Cette multiplicité de perspectives lui permet d’explorer la relation entre théorie et pratique telle qu’elle se manifeste à la fois dans les politiques du patrimoine et de la planification et dans des projets spécifiques. Elle porte un intérêt particulier aux paysages culturels, notamment dans le contexte des aires naturelles protégées, et au rapport entre les patrimoines naturel et culturel et leur conservation. Impliquée en tant que bénévole auprès d’organismes patrimoniaux locaux, Ève est secrétaire de l’ICOMOS Canada et a participé avec enthousiasme à plusieurs des activités internationales de l’organisation.

Nargiz Aituganova - Traductions en russe

Nargiz Aituganova est directrice adjointe et associée de recherche au Département du Patrimoine Mondial et des Communications Internationales de l’Institut de Recherche Likhachev pour le patrimoine culturel et naturel, en Russie. Elle travaille également comme coordinatrice du patrimoine mondial du complexe historique et archéologique de Bolgar et organise chaque année des camps d’action pour les jeunes volontaires du patrimoine mondial à Bolgar et sur d’autres sites du patrimoine culturel en Russie. Nargiz est titulaire d’un master en études du patrimoine mondial à l’Université de Birmingham, au Royaume-Uni, et étudie actuellement l’archéologie classique et orientale à l’École supérieure d’économie de l’Université nationale de recherche, en Russie.

Mahmoud Shaaban - Traductions en arabe

Mahmoud Shaaban est un Egyptien titulaire d’une licence en égyptologie, histoire et archéologie. Il est actuellement spécialiste du renforcement des capacités en matière de patrimoine mondial pour la Fédération EuroMed, à Berlin. Il a dirigé de nombreux transferts de connaissances sur le renforcement des capacités en Europe.  Récemment, il a rejoint le conseil d’experts en capacités pour “l’Egypte et la Serenia : entre histoire, culture et routes maritimes” sur les concepts et le statut de patrimoine mondial.  Mahmoud a dirigé le projet « CREacting in Europe » à Athènes et a participé au projet « Heritage in Perspective » à Berlin sur la déconstruction culturelle.  Il est titulaire d’un master en gestion et conservation du patrimoine mondial de la BTU, en Allemagne, et de l’université de Helwan, en Égypte. Sa thèse est intitulée « Investigating the use of UNDP Capacity Building to Improve Egypt’s World Heritage Site Management Effectiveness« . Il a été bénévole pour soutenir les gestionnaires de sites du patrimoine mondial lors de la session du Comité de 2019. Mahmoud contribue actuellement en tant que réviseur à la revue Emerald, Journal of Culture Heritage Management and Sustainable Development.